«

»

Mar 01

Reconstitution d’un parcours posthume 1ère partie

François Augiéras, Reconstitution d’un parcours posthume par Paul Placet

Augiéras en avait jugé. Avec une clairvoyance rare pour un esprit préférant, à la logique ordinaire, suivre les pulsions du moment. Son œuvre, qu’il espérait bien poursuivre jusque dans un âge avancé, ne connaîtrait pas de percée éclatante mais serait conçue pour s’installer dans une solide durée.

PALINGENESIE

13 décembre 1971 : Augiéras, pensionnaire à l’Hospice de Montignac, est victime d’une crise cardiaque le samedi soir. Transporté d’urgence, il meurt au CHU de Périgueux le Lundi matin vers 5 heures.

18 décembre : Augiéras est inhumé dans le cimetière de Domme, accompagné d’un triangle d’amis. Longtemps, la tombe est restée anonyme. Aujourd’hui, une pierre la signale, portant gravé le nom dans une graphie originale empruntée à une signature qui fut parfois utilisée en peinture. Chaque année, cette tombe voit passer une dizaine de pèlerins-visiteurs venus sur l’acropole de Domme pour retrouver quelques-unes de ses traces.

1976 : L’éditeur et ami Bruno Roy, qui dirige la maison d’édition Fata Morgana, à Montpellier, décide de prendre en charge le destin des livres. Il réédite : L’Apprenti-Sorcier.

1977 : les Editions de Minuit reprennent Le Vieillard et l’Enfant, donc une troisième édition publique après celles de 54 et 63. Cette dernière présente le texte établi en 1958. L’ouvrage est présenté sous le nom véritable suivi du pseudonyme mis entre parenthèse.

1979 : réédition à l’identique par photogravure, pour le huitième anniversaire, du Voyage des Morts. Figure, en tête de l’ouvrage, une « première préface ».

1980 : première édition, toujours par Bruno Roy, après Christian Bourgois, de Une Adolescence au Temps du Maréchal. Elle est assurée en co-édition par Bassac, Plein Chant, Fata Morgana.

1981 : Marcel Loth, peintre et ami, réserve un numéro spécial de ses Cahiers de Bospicat pour une première édition des Noces avec l’Occident, dont il détenait le manuscrit (tirage limité et hors commerce). Puis Fata Morgana reprend l’ouvrage en édition publique.

1982 : deux revues, La Barbacane de Max Pons, et Masques, réservent l’une et l’autre un important dossier dans leur numéro de printemps. La deuxième revue mentionne un manuscrit inédit de Pierre Charles Nivière : François Augiéras ou l’Extraordinaire Trajectoire. Au deuxième trimestre, Fata Morgana publie, à titre posthume, Domme ou l’Essai d’Occupation accompagné d’une préface de Jean Chalon.

1983 : à l’initiative de Joël Vernet, France Culture diffuse une émission : « François augiéras Marcheur Eternel », réalisateur Jacques Taroni, Rediffusion en 1987.

1984 : publication d’un travail essentiel qui va ouvrir de nouvelles perspectives. Christian Rodier conduit une première recherche biographique et critique. L’ouvrage est publié en association par Plein Chant – Le Temps Qu’il Fait – Fata Morgana. Un tirage de tête est fait sur papiers de couleurs en rappel de la démarche d’Augiéras dans les années cinquante : « François Augiéras Cahier2 ». En avril la maison d’édition « Phalène », dirigée par Christian Malaurie, publie un texte inédit, inachevé : La Chasse Fantastique, écrit en collaboration par François Augiéras et Paul Placet.

1985 :

Création, en janvier, sous l’impulsion donnée par Marie-Claire Germanaud, directrice de la B.C.P. (ancienne B.D.P.) de : « L’Association des Amis de François Augiéras ». En octobre, F.A. participe, avec trois œuvres présentées, au Centenaire de la Société des Beaux-Arts de la Dordogne.

1986 : réalisation d’un film de 30 minutes par l’équipe « Pacific Video » animée par Julien Farrey, Pascal Régoli, Luc Lagarde : « Fragment d’une Trajectoire ». Le document est déposé à la videothèque de Beaubourg. Il a été présenté au Festival audiovisuel de Sarlat en novembre.

1987 : l’association présente la première manifestattion publique en faveur de F.A. au Musée du Périgord à Périgueux, en avril, avec Soubeyran, conservateur. Sont exposées une quinzaine d’icônes, des manuscrits. Radio-Périgord assure une série d’émissions. Une plaquette de 24 pages est publiée : « François Augiéras. Ecrivain –  Peintre. Une aventure de l’Esprit ». Elle présente une série de témoignages (Marguerite Yourcenar, une lettre du 7 février 87 – Le Clézio, une lettre du 10 février), des participations de Francesca, Y. Caroutch, Bazin, Michel Mardore, Jacques Lacarrière, Joël Vernet…

« J’ai lu Le Vieillard et l’Enfant, écrit Le Clézio, certain d’y trouver une part de ce que j’avais ressenti à la lecture de Une Saison en Enfer et une part de ce qui m’avait troublé en lisant L’Enfant Sauvage d’Henri de Monfreid. »

Laurent Debut, éditeur de Brandes, à Roubaix, publie une « Lettre du Mont Athos » sur papier de couleur, en tirage limité.

1988 : à Périgueux, l’éditeur Pierre Fanlac publie François Augiéras. Un Barbare en Occident par Paul Placet. L’ouvrage se veut témoignage vivant mieux que biographique. Il est enrichi d’une importante iconographie en noir et en couleurs. En avril Joël Vernet publie chez Lettres vives un livre hommage : Lettre de Gao. En mai, Flammarion réédite Un Voyage au Mont Athos qui était épuisé. A noter, à partir de là, un fort courant de presse avec des articles :

–        Quoi lire Magazine, Michel Quiblier, N°2, Salon du Livre.

–        Courrier Français, « Le Vagabond Extrême, Laurent Lemire, 21 mai.

–        Libération, « Le Troglodyte » de Michel Cressole, 16 juin.

–        Le Figaro, « L’aventure des Espaces Infinis », Brenner, 4 juillet.

–        La Quinzaine Littéraire, « Voyageur dans l’Eternité », Ceccaty, 16 juillet.

–        Sud-Ouest dimanche, « François Augiéras, un Méconnu Majeur », Paul Placet, 2 octobre.

–        Journal de Fribourg, « Les Abîmes de l’Absolu », J.B. Mauroux, octobre.

–        Périgord Magazine, « Les Déserts d’un Barbare », Gérard Jean, décembre (texte présent également dans Limousin Magazine de novembre).

–        Le Monde, Drachline.

Les Editions du Rocher publient l’édition intégrale de Domme ou l’Essai d’Occupation avec une préface de Jean Chalon. Réalisation d’une émission de télé de FR3 Limoges avec Pierre Fanlac.  Antoine Juliens, metteur en scène, fait le projet d’une adaptation du Voyage des Morts.

1989 : Fata Morgana réédite Une Adolescence au Temps du Maréchal mais en reprenant le titre initialement prévu par l’auteur : La Trajectoire.

A Suivre….

Source : Visionnaires du temps présent