«

»

Juil 04

La trace des rêves

VI – LA TRACE DES REVES

Comme beaucoup de Quêteurs, Augiéras avait soulevé le Voile du Temple d’Eleusis, il avait plongé ses Mains Adolescentes dans une riche provende de Mythes. De retour au réel, il a cherché, comme tant d’autres avant lui, la Trace de ses Rêves sur les berges de sa Réalité.

Dans le magnifique « Orphée » de Jean Cocteau, Jean Marais, personnage proche de François Augiéras par bien des côtés, passe de l’autre côté du Miroir à l’aide de Gants Magiques. Revenu de ce voyage, la vie lui semble banale, pétrie d’ennui, seul l’amour pourra transcender cette malédiction humanoïde. « Il fallait les remettre dans leur eau sale » dit Maria Casarès, à la fin, en regardant Orphée, dans les bras d’Eurydice retrouvée.

Le sublime est rare de ce côté-ci de la Réalité.

Il n’empêche : une Force incline l’Homme Avide de Beauté à la chercher, malgré tout, à en quêter les scories.

A chasser ces bribes de brumes d’un monde aux limbes nimbés d’irréel.

Comme Augiéras, les Quêteurs ne veulent pas étreindre de vagues fumées. Ils désirent le Tangible, une Vraie Vie vécue pour de Vrai. Le théâtre d’Ombre doit être un simple appât pour montrer la Bonne Voie.

Dans le cas d’Augiéras, il est difficile, c’est vrai, de trancher. Ebloui, peut-être par la puissance de ses Premières Révélations, sans véritable Maître pour le guider, il paraît s’être égaré. De même, la Beauté de ses Visions lui rendait à coup sûr la règle sociale insupportable. Son champ des possibles, avec le temps s’est retrouvé restreint. Il pouvait y faire peu de choix. Il a opté pour une Voie Tragique pour ne pas avoir à plier à la règle commune.

Il vivait sa Destinée d’une manière trop littérale pour les règlements policés des carrières littéraires. Chaque livre était un engagement total, immédiat. Il ne songeait jamais au suivant. Il en ignorait tout avant d’en avoir écrit les premières lignes. Conception trop idéaliste pour la machine éditoriale.

Il ne faut pas oublier une donnée importante du problème : la société est sans pitié, elle cherche à se reproduire, conforme à elle-même, ses effets de champ rejettent les particules errantes, à la charge non-orthodoxe.